John Scalzi

La Dernière Emperox

Ed. L’Atalante, coll. La Dentelle du Cygne, 2021

Série : L'Interdépendance (tome 3, précédé de L'Effondrement de l'empire et de Les Flammes de l'empire)

Illustration : Sparth

Titre original : The Last Emperox (2020)


Quatrième de couverture :

L’heure n’est plus au déni : c’est bel et bien la fin. Les courants du Flux s’effondrent les uns après les autres ; l’image de l’avenir, c’est celle de communautés humaines contraintes à l’isolement, à la déchéance et à la mort, puisqu’il n’y a dans l’empire qu’une seule planète habitable en surface.

Que faire devant la catastrophe annoncée ? Sauver sa précieuse peau en marchant sur les autres au besoin, s’emparer de la planète habitable en question et se remplir les poches au passage. Tel est l’objectif de nombre de puissants des grandes maisons marchandes ; les « élites », quoi. À leur tête, l’ignoble Nadashe Nohamapetan.

En face de ceux-là, l’emperox Griselda et quelques fidèles, parmi lesquels son physicien d’amant, qui se creuse la cervelle pour comprendre la logique du Flux et proposer des pistes permettant de sauver l’ensemble des populations de l’Interdépendance, ou encore la pittoresque Kiva Lagos, jamais en manque de blasphèmes ni de manigances. Mais ne faudra-t-il pas beaucoup plus pour soustraire la souveraine à un énième attentat voire une destitution ? Qui sera la dernière emperox ?

De surprise en rebondissement, avec verve et non sans humour, La Dernière Emperox clôt la trilogie de « L’Interdépendance ».


Pour aller plus loin :

Blog de John Scalzi : Whatever

Page consacrée à ce roman sur le site Web de L'Atalante : La Dernière Emperox

Pour les lecteurs anglophones, une friandise offerte par John Scalzi en guise de bonus : The Origin of the Flow